Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Perelandra", le deuxième volume de la trilogie cosmique de C.S. Lewis vient de reparaître en livre de poche. J'ai profité d'un voyage sur Paris pour le lire dans le train...
On retrouve le même héros que dans le premier volume, Ransom, qui voyage cette fois-ci sur Perelandra, notre Vénus. Il y découvrira un monde plus jeune que le nôtre, essentiellement marin et peuplé de multiples créatures... et un seul couple humain, innocent. Vous l'aurez peut-être deviné, dans ce roman, C.S. Lewis propose une relecture du récit biblique du jardin d'Eden. Sur Perelandra, l'interdit n'est pas celui d'un arbre dont on ne doit pas manger le fruit mais la terre fixe sur laquelle il est interdit de demeurer pour la nuit. Le tentateur n'est plus un serpent mais Weston, le scientifique mal intentionné déjà rencontré dans le premier volume du cycle.

On retrouve l'imagination foisonnante de l'auteur (notamment quant à la description du monde marin de Perelandra et de ses îles de végétation flottantes). Si l'arrière plan théologique était présent en filigrane dans le premier volume, il est beaucoup plus explicite ici. Du coup, le roman est parfois un peu trop bavard, je trouve. Mais la relecture que C.S. Lewis propose du récit du jardin d'Eden offre des pistes de rélexion intéressantes, notamment sur la question de la connaissance et de la foi.

Finalement, un livre que j'ai lu avec grand plaisir, avec le charme un peu désuet de la science-fiction à la H.G. Wells et, en prime, une réflexion théologique. Que du bon !

C.S. Lewis : Perelandra (Gallimard, Folio SF n° 309)


Tag(s) : #Science-fiction

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :