Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Kingdom_builder.jpgJeu au mécanisme épuré, expliqué en 5 minutes, Kingdom Builder propose des parties qui durent moins d'une demie-heure et propose un vrai plaisir de jeu. Pour moi, il prend une place de choix dans sa catégorie des "jeux moyens" (en terme de difficulté). 

Le principe est très simple : à son tour de jeu, on doit poser trois de ses pions sur le plateau de jeu, sur des cases du type de terrain désigné par une carte piochée. Il n'y a qu'une seule contrainte : dans la mesure du possible, il faut poser nos pions sur des cases adjacentes à nos pions déjà présents sur le plateau. Tout l'intérêt du jeu est d'arriver à prévoir cette contrainte et d'anticiper les tours suivants. A cela il faut ajouter des jetons bonus que l'on peut récupérer sur le plateau et qui offrent des possibilités de poser plus de pions sous certaines conditions ou de déplacer des pions déjà sur le plateau. Le but du jeu est de placer ses pions (c'est-à-dire développer sa civilisation...) selon trois objectifs communs à tous les joueurs, déterminés aléatoirement en début de partie par le pioche de trois cartes.

Il y a, bien-sûr, un peu d'aléatoire dans la pioche des cartes mais ça fait partie intégrante du jeu. Les variantes proposées sur le net (avoir deux ou trois cartes en main pour choisir le terrain où poser ses pions à son tour) ne me semblent pas dans l'esprit du jeu. L'intérêt du jeu est d'intégrer cette dimension aléatoire et de se placer sur le plateau de manière opportune. A ce titre, le placement inital, au premier tour, peut être déterminant...

Je retrouve dans Kingdom Builder des sensations similaires à Carcassonne (la pioche d'une carte, les contraintes de pose à anticiper), qui est un jeu indémodable pour moi. Par le mode de pose de pions sur le plateau, en réseau, on peut aussi faire référence à l'excellent "Durch die Wüste" de Knizia. 

Le jeu est fluide, rapide, très plaisant. On peut facilement enchaîner quelques parties, d'autant que la rejouabilité est importante : les objectifs changent à chaque partie, le plateau de jeu est modulable et par la même occasion les jetons bonus changent aussi à chaque partie. Sans compter qu'une première extension pointe déjà le bout de son nez (s'il en sort autant que pour Dominion, autre jeu du même auteur, on en a pour un moment !). L'interactivité est aussi présente (blocage, course aux jetons bonus..), plus ou moins fortement selon les objectifs piochés en début de partie.

Bref, Kingdom Builder pourrait bien devenir un incontournable de toute ludothèque qui se respecte, très bon pour initier les non-joueurs mais avec lequel les "gamers" aussi trouveront beaucoup de plaisir. Déjà un des favoris pour le prochain "Spiel des Jahres", à mon avis !

 

Tag(s) : #Jeux de société

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :